Conduite supervisée

La conduite supervisée : la conduite accompagnée des plus de 18 ans

Formule avantageuse proposée aux personnes de 18 ans et plus passant le permis auto, la conduite supervisée présente nombre de similitudes avec la conduite accompagnée. En effet, elle offre la possibilité de parfaire ses talents de conducteur, en sus des leçons dispensées par l'auto-école, auprès de l'accompagnateur de son choix. Pour profiter des avantages de la conduite supervisée, il est toutefois nécessaire de respecter certaines conditions.

La conduite supervisée : qu'est-ce que c'est ?

Destinée aux candidats majeurs inscrits au permis de conduire, la conduite supervisée est une formule dont le déroulement s'apparente, de manière assouplie, à celui de la conduite accompagnée.

Durant une période de trois mois minimum, le bénéficiaire de la conduite supervisée sera contraint de parcourir au moins 1000 km auprès du ou des accompagnateur(s) qu'il aura choisi(s).

Au terme de cette période, le candidat devra aussi se présenter, avec au moins l'un de ses accompagnateurs, à un rendez-vous pédagogique au cours duquel le moniteur d'auto-école établira un bilan et une mise au point sur son apprentissage de la conduite.

Pour qui ?

La conduite supervisée s'adresse aux personnes de dix-huit ans et plus désirant acquérir une expérience approfondie de la conduite avant de se présenter à l'examen pratique du permis de conduire.

Si la conduite supervisée est le plus fréquemment réalisée avant de tenter l'examen pratique du permis auto, il est également possible d'y recourir après avoir échoué à ce dernier.

Dans tous les cas, il s'avère impératif que la conduite supervisée soit effectuée au cours des trois années suivant l'obtention du code de la route.

Les avantages de la conduite supervisée

La conduite supervisée présente plusieurs avantages tels que :

  • Un surcroît d'expérience.
  • Davantage d'assurance au volant.
  • Une amélioration des acquis.
  • De meilleures chances de réussite : 74% des gens ayant suivi la conduite supervisée ont obtenu le permis auto du premier coup contre 55% de ceux qui ont suivi l'apprentissage classique.
  • Une véritable économie en matière financière.

Précisons cependant que, à l'inverse de la conduite accompagnée, la période probatoire reste établie à trois ans pour les personnes ayant opté pour la conduite supervisée.

Les conditions requises pour la conduite supervisée

Pour pouvoir démarrer la conduite supervisée, les conditions requises sont les suivantes :

  • Avoir obtenu le code de la route.
  • Avoir, au minimum, effectué 20 heures de conduite auprès d'un moniteur d'auto-école.
  • Bénéficier d'un avis favorable émanant de son professeur de conduite ainsi que de la sécurité routière.

Une fois la formation initiale achevée, le candidat doit également présenter :

  • Un accord préalable écrit provenant de la société d'assurance du véhicule.
  • L'AFFI ou attestation de fin de la formation initiale.

En cas d'échec à l'épreuve pratique, le candidat sera alors contraint de :

  • Présenter un accord préalable écrit émanant de la société d'assurance du véhicule.
  • Obtenir une autorisation de conduite supervisée.

L'accompagnateur

Avoir le statut d'accompagnateur en conduite supervisée exige également de répondre à plusieurs exigences :

  • Être titulaire du permis auto (permis B) depuis cinq ans au moins, et ce sans interruption.
  • Obtenir l'accord de son assureur.
  • Être mentionné au sein du contrat signé avec l'auto-école.

Notons enfin qu'il est permis au candidat de choisir plusieurs accompagnateurs, et ce même en dehors du cadre familial.

Conduite supervisée et assurance auto

Quiconque souhaite entreprendre une formation en conduite supervisée doit être au fait des conditions exigées par les sociétés d'assurance en la matière.

Sa formation initiale terminée, le candidat débute la conduite supervisée. iIl doit impérativement présenter l'AFFI ainsi qu'un accord de l'organisme d'assurance attestant que le véhicule conduit au cours de l'apprentissage est assuré. L'accord doit indiquer notamment le nom du ou des accompagnateurs(s) autorisé(s) à encadrer le candidat.

Si la conduite supervisée est entreprise suite à un échec à l'examen du permis du conduire, le candidat devra obtenir l'accord de la société d'assurance du véhicule, mais aussi présenter une autorisation de conduire dans le cadre d'une conduite supervisée.

Une fois le permis de conduire obtenu, le candidat ayant effectué sa formation en conduite supervisée bénéficiera d'une surprime appliquée à son assurance auto moins onéreuse que pour les conducteurs novices ayant suivi le parcours normal. La surprime s'élève en effet à 50% maximum sur la cotisation de base contre 100% pour les apprentis conducteurs classiques. Si le conducteur n'a eu aucun accident responsable, durant la seconde et la troisième année, la prime d'assurance est à nouveau réduite de 25%, puis disparaît au cours de la dernière année.