L'habitat écologique : la solution durable

Santé, cadre de vie, respect de l'environnement, économies d'énergie, sont les principaux arguments qui guident beaucoup d'entre vous vers la bio-construction. Quelques clés pour bâtir ou restaurer un habitat écologique.

 
Un choix de vie
 

• L'habitat durable késako ? C'est d'abord un habitat qui respecte la santé de ses occupants par le choix de matériaux de construction naturelle. C'est aussi un habitat qui respecte son environnement en tirant le meilleur parti des ressources naturelles : soleil, vent, eau… C'est enfin un art de vivre. Il faut aimer le chanvre, la laine, la paille, le bois, la brique, la terre, et jeter aux orties le béton, la laine de verre et tout le reste. Si vous souhaitez vous lancez dans l'auto-construction ou l'auto-restauration, privilégiez donc des matériaux « du cru » adaptés à leur environnement, nécessitant le minimum d'énergie pour leur fabrication et peu de connaissances techniques.

• Un parti pris économique. Que vous vous lanciez dans la construction d'un habitat durable ou dans des travaux de restauration (isolation, réfection d'un parquet, d'une toiture, remplacement des huisseries, d'une chaudière, peintures…), vous avez fait le choix d'un logement qui consomme peu d'énergie, mais nécessite un investissement plus onéreux au départ que s'il s'agissait d'un habitat traditionnel. Toutefois, les économies que vous réaliserez à moyen et court terme compenseront largement un sur-coût initial de l'ordre de 5 à 15 %. En comparant les devis, vous vous apercevrez qu'une construction en bois revient 10 à 20 % moins cher qu'une construction en dur. Triple vitrage, chaudière à gaz à condensation, pompe à chaleur permettent une économie substantielle de vos besoins en chauffage. De même, une chasse d'eau à double débit, un récupérateur d'eau de pluie pour le jardin, la récupération des eaux dites grises (douche, baignoire…) réduiront vos consommations en eau. Selon votre région d'habitation, l'installation d'une véranda vous permettra de conjuguer l'utile (réduction des ponts thermiques) à l'agréable (un toit à ciel ouvert en toutes saisons)… Les solutions pour une approche bioclimatique de votre habitation ne manquent pas, soutenues par la loi de finances 2009 en faveur de l'immobilier vert : prêt à taux zéro écologique, baptisé éco-PTZ (www.developpement -durable.gouv.fr), crédit d'impôt (www.la-maison-ecologique.com), aide de l'Agence nationale de l'habitat (www.anah.fr).

Les bons plans
 

• La maison bioclimatique. Ce n'est rien de plus qu'une maison qui, plutôt que de partir en guerre contre vents et marées, se sert de son environnement naturel pour réduire ses besoins énergétiques en chauffage, climatisation et luminosité. L'orientation de ses pièces est donc capitale : au Nord, les espaces dits « tampons » comme le garage, l'entrée, la buanderie. Orientée Sud, en revanche, la pièce à vivre principale, avec de préférence de grandes ouvertures vitrées pour apporter de la luminosité et capter la chaleur en hiver – c'est ce qu'on appelle du chauffage solaire passif. Des volets (en bois) et une végétation en feuilles caduques vous mettront à l'abri de la surchauffe en été. À l'Est, les chambres ; une orientation idéale pour profiter du soleil du matin et de la fraîcheur le soir en saison chaude.

• Des isolants performants. Pour vous préserver des remontées d'humidité, même dans les régions qui ne sont pas particulièrement humides, vous pouvez opter pour la maison sur pilotis. Mais sans aller jusque-là, il existe de multiples solutions pour isoler durablement votre logement (appartement ou maison individuelle) contre les nuisances de tous types, et pas seulement contre l'humidité. Les matériaux qui respirent comme le bois non verni, le chanvre, le liège, la laine de mouton ou de coton, les fibres de coco, le lin … assurent une parfaite isolation thermique et phonique, et un très grand confort.

• Les peintures : bio ou naturelles. Le « tout-bio » n'est peut-être qu'un rêve, mais pour beaucoup le synthétique est devenu un cauchemar. D'où un engouement certain pour les peintures naturelles, dont la vertu majeure est de n'être nocives ni pour la santé ni pour l'environnement. Biodégradables, elles ne contiennent ni métaux lourds, ni solvant, ni produit issus de la pétrochimie. Elles laissent respirer les murs (indispensable de ne pas les encloisonner dans un « survêtement » !) et vieillissent très bien. Cerise sur le gâteau : elles contiennent des pigments naturels et sentent en général très bon. Quant à leur prix, il est comparable à celui des peintures synthétiques de qualité.

 

LES ESSENTIELS :  vos coups de pouce financiers

Le prêt à taux zéro écologique. Concocté par la loi de finances 2009 pour inciter les propriétaires à améliorer la performance énergétique de leur logement, ce prêt s'applique aux logements achevés avant le 1er janvier 1990. Il s'adresse à tous les propriétaires sans condition de ressources. Cette mesure, qui prendra fin le 31 décembre 2013, permet le financement de travaux relatifs à l'isolation thermique : changement de fenêtre, installation d'une chaudière écologique, rénovation de toiture... 

Le crédit d'impôt. Depuis le 1er janvier 2009, l'achat d'une pompe à chaleur (autre que air/air), d'une chaudière, d'équipements de chauffage ou de production d'eau chaude indépendants et fonctionnant par biomasses ouvrent droit à un crédit d'impôt (http://www.calculeo.fr/Eco-travaux). Par ailleurs, les frais de main-d'œuvre pour la pose d'isolants thermiques sont également soumis à un crédit d'impôt.

Le cumul du prêt à taux zéro écologique et du crédit d'impôt. Possible en 2009 et 2010, il s'applique aux ménages dont les ressources n'excèdent pas 30 000 € au titre de l'avant-dernière année précédant celle de l'offre de prêt. 

 

Fiche produit habitation


Des documents synthétiques créés spécialement pour comprendre l'offre habitation d'amaguiz.